top of page

Quoi peindre aujourd'hui?

Je me lance


Si tu te poses ces questions, je te propose quelques pistes qui personnellement m'aident bien à dédramatiser de la page blanche et à passer à l'action.

  • Comment commencer une peinture?

  • Je débute en peinture, comment faire une peinture facilement?

  • Je n'ai pas d'inspiration aujourd'hui, quoi peindre?

  • J'ai envie de peindre mais je ne sais pas comment m'y prendre, comment me lancer?

Bref, tu as envie de peindre mais tu as du mal à passer à l'action. Voilà 3 propositions concrètes pour t'aider à décomplexer de la main. Prendre un pinceau, ne pas trop se poser de question et se laisser guider par le geste qui arrive. Ou les formes qui se créent comme par magie sous tes yeux. Magie magie...


Voilà donc 3 idées pour commencer à peindre, ou recommencer car après une pause de plusieurs années ce n'est pas toujours facile d'oser. C'est comme de la timidité, de la crainte, grosse pression ou je ne sais quoi encore. Et si on peignait comme si c'était un jeu? Et notre matériel c'est le papier, l'acrylique, la gouache, les encres, l'aquarelle, les pinceaux... Je vous invite, avec la peinture et aussi le dessin, à jouer, à expérimenter.


Les propositions dont je parle ici sont inspirées librement du livre cité ailleurs Créer dans le lâcher-prise, Arts plastiques et imaginaire de Evelyne Odier et (dans la suite de l'article) du livre Jeux d'écriture de Denise Lach. Au passage, merci beaucoup à ces femmes et à leurs travaux car ce sont de vraies sources d'inspiration pour la peinture et le dessin.


Autant que possible, je vous partagerai les petites pépites d'idées glanées ici dans ce blog.


Avant de commencer, voilà une petite check-list-de-la-liberté, histoire de se mettre dans les bonnes conditions pour peindre ou dessiner. Alors je mets de côté les stéréotypes d'images réussies que j'aimerais faire et je me prépare à voyager sans pression dans la page.

  • explorer avec les matériaux et outils

  • jouer avec les formes et couleurs

  • utiliser les contraintes comme des moyens pour pouvoir explorer l'inconnu

  • multiplier les essais

  • ne pas faire une oeuvre

  • faire confiance à son corps, sa main, ses yeux, son imagination


Jouer avec le pinceau



Matériel nécessaire

  • 1 ou 2 pinceaux d'épaisseur différente

  • de la gouache ou de l'acrylique

  • des encres ou de l'aquarelle

  • du papier

  • un support en guise de palette

  • un chiffon

Pour cette première proposition, tu vas t'aider des pointillés ou des traces laissées par le pinceau pour dépasser le stade de la page blanche. 0 pression et focus sur la main et l'oeil.


Ici j'ai fait l'exercice avec de l'acrylique en 1 (cela pourrait aussi bien être de la gouache), en de l'aquarelle en 2 ( pourrait aussi bien être de l'encre). L'idée étant d'expérimenter différentes épaisseurs de texture. Plus épais, collant, pâteux, opaque avec l'acrylique, la gouache ou encore la peinture à l'huile très concentrée. Plus fin, liquide, transparent, mouvant, avec les techniques à l'aquarelle ou avec des encres colorées.


L'idée ici est de marquer le papier support en laissant des traces simples et rapides avec le pinceau. Il faut imaginer que c'est plutôt rythmé. C'est vraiment comme un exercice d'échauffement pour se mettre en condition. On va chauffer la correspondance entre l'oeil et la main.


Procédure


Choisir une seule couleur pour commencer, en déposer sur la palette. Laisser des traces sur le papier en déposant le pinceau enduit de la couleur. Continuer de poser des touches de couleur assez rapidement de façon à ce que les taches de peinture soient les plus éloignées les unes des autres. Cette contrainte permet de mobiliser l'oeil et la correspondance oeil-main. Plus vous allez vite dans l'application de la peinture, plus l'échauffement est intense. Grosse session cardio.


Après quelques secondes avec la même couleur- vous pouvez vous mettre une deuxième contrainte de temps ou bien au feeling - vous prenez une deuxième couleur sur le pinceau. Acrylique, gouache (test1) ou encres, aquarelle (test2), vous ne lavez pas le pinceau entre temps. De même, vous appliquez des touches rapides et opposées sur le papier, là où il reste des réserves de blanc.


À nouveau après quelques secondes, vous prenez une troisième couleur de peinture, sans laver le pinceau. Donc c'est plutôt un mélange de couleurs que vous commencez à avoir. Vous déposer la peinture en taches-pose-pinceau rapidement et dans les endroits encore blancs. Vous remarquez que la peinture commence à être de plus en plus saturée de couleurs. L'oeil cherche les endroits encore blancs. Vous pouvez continuer ce processus avec autant de couleurs que vous le souhaitez.


La contrainte ultime: il ne doit plus y avoir de blanc sur la page.

Autant dire qu'une règle est bonne à être testée et détournée, vous en faites bien ce que vous voulez!


Petit rappel qui a son importance:

On ne cherche absolument pas à faire du beau, ou bien à ce que ce soit réussi. Ici on se place dans la peau du musicien qui enchaîne ses gammes pour entraîner ses doigts. Comme quoi...c'est une question de pratique!


Petite note:

Je vous conseille de répéter cet exercice avec des outils variés. Autre que le pinceau, vous pouvez utiliser des rouleaux, des bâtons, des coton-tiges, des morceaux de tissu... Explorer également les médiums utilisés, les formats des supports, les rythmes.



L'idée, vraiment: avec cet exercice de peinture, c'est de prendre le pinceau rapidement et sans tergiverser. C'est de mettre sa main, son bras, son corps (en fonction du support choisi) en mouvement. Et surtout, j'aime bien dire de dédramatiser du pinceau. Car finalement, c'est facile, de peindre. C'est accessible à chacun.e qui le souhaite. Et comme tout sport, la peinture demande de s'échauffer, de se préparer, de se mettre en bonnes conditions et surtout de pratiquer.


N'hésitez pas à multiplier les essais.


Prochaine propositions pour commencer une peinture avec 0 pression dans un prochain article..



Commentaires


bottom of page